Cheveux courts idées noires

Cheveux courts, idées  noires. Pas mal comme slogan politique non? Mais la politique me saoule. Enfin, plutôt les gens qui en vivent et en parlent. Des idées noires? Noires de graisse oui ! Je n’étais pas bien loin. Je ne vous ai pas oubliés. Juste les mains abîmées à démonter des motos. Puis ces mains dans le cuir à piloter des motos. Ce sont des raisons suffisantes pour ne pas poster des trucs en lignes non ?

 

Same old same old?

Mais j’ai réfléchi durant ces semaines de web silence. Je me pose pas mal de questions, comme d’habitude. Sur l’avenir de la moto. Sur le brouhaha marketing qui désormais sert de musique de fond à la moto de caractère et à la custom culture. Et je ne suis pas le seul à le faire.

Là je réfléchis très très fort. Pas de filtre adoucissant. ça laisse les rides : totale crédibilité de penseur !

Des meilleurs que moi sortent écœurés de leurs spéculations métaphysiques et décrochent. Qu’il s’agisse d’experts de la plume, du clavier ou de la clé de 10. Moi je m’accroche. Mais réfléchir pour sortir autre chose que des banalités, c’est dur et c’est long. Il faut prendre un minimum de recul. Et il n’y a pas d’effet à la Google Earth pour cela. Juste s’arrêter, se poser et se regarder faire. Lever le nez au vent et humer les courants. On verra. Je ne vous promets pas du grandiose. Je vous promets juste d’essayer.

 

En attendant, il faut poster, de temps à autres. Et il faut aussi revenir humblement aux fondamentaux. Un test  casque pas cher. Bah. Y a pire. N’en déplaise aux grincheux, je n’ai pas de sponsor chez Moto Fuck et j’ai commandé et payé l’objet avec mon propre compte Paypal. Je voulais écrire un truc sur ce casque. J’avais même pris des photos au début. Ce sont celles que vous voyez là sous vos yeux à la fois blasés et dubitatifs. Mais je me suis contenté de rouler avec. Autant j’ai trouvé marrant de publier sur mon casque de samouraï que je n’utilise absolument jamais, autant vous vendre mon jet préféré ne m’a pas trop tenté. Toujours je repoussais le moment. Et puis je n’ai pas que ça à faire de publier en ligne. Ce n’est pas mon boulot. J’ai même d’autres centres d’intérêt. Quel respect pourriez-vous avoir pour un motard qui ne roule pas, un bidouilleur qui ne bricole pas, et un amoureux de la vie qui ne vit pas ?

sy

Easy jet !

 

Mais il se passe quelque chose avec ce jet. Partout où je le pose sur un comptoir, au bar, chez le coiffeur, à l’hôtel, à la banque, à l’aéroport, aux Indes, bref, partout où il existe des comptoirs avec un humain derrière et non une machine, alors c’est toujours pareil : « Il est vraiment chouette votre casque, je l’aime beaucoup ! ».

Clay, votre casque est trop beau. Je lave votre moto avec du savon qui mousse, je vous upgrade en Classe Affaire et je viendrai personnellement vous enseigner les geste qui sauvent avec du champagne qui coulera sur mon corps !

Je l’ai depuis des mois. Je l’ai reçu en même temps que le casque de Samouraï. Bref, on passe d’un extrême à l’autre. On ne peut plus vintage et gentil que ce petit jet à même pas 60 euros, frais de port inclus. Je l’ai eu sur e Bay, ou sur Amazon, ou Ali Express, ou Baba machin. Je ne sais plus. J’ai la flemme de chercher la facture.

Il n’est peut-être même plus en vente depuis. A toi de te bouger un peu et de chercher mon pote. Tu en as marre des sites qui ne sont que des boutiques en ligne déguisées ? C’est pour cela que tu es là non ? Alors dis-moi si tu l’as trouvé, lui ou son frère. Tout ce que je sais, c’est qu’il est de très bonne facture pour le prix. J’ai eu bien pire pour plus cher au niveau acoustique. La garniture est douce et classe, façon daim vintage. Avec un masque assorti, ça déchire. Ou avec des lunettes à monture grise.

On fera avantageusement disparaître ces lettres moches avec des stickers rétro-réfléchissant vaguement légal mais ton sur ton.

 

http://claymotorcycles.com/2017/03/casque-noir-jour-brille-nuit/

Il est assorti à mon résé. C’est trop la classe comme disent les mômes au feu rouge ! LA MILF qui traverse en souriant ne dit rien, mais elle n’en pense pas moins, quand elle virevolte soudain, pivotant sur ses Louboutins avant de s’engouffrer à nouveau dans la vie active. Ralenti. Emotion. Gaz !

C’est qu’il sait rester classe sous ses faux airs cabossés le bougre de jet. Se donner l’air d’avoir vécu plusieurs vies de chat errant, n’est-ce pas la maxime de notre époque pour pas mal de monde ? Une vie terne, sans pour autant être défavorisée, bien au contraire. Mais qu’à cela ne tienne. Le capitalisme saura bien proposer les oripeaux d’une façade rebelle. Des têtes de mort en strass, des tatouages effrayants de technicité, des mines patibulaires travaillées dans le miroir du barbier tout en mitonnant des business plans destinés à révolutionner la vente de gadgets connectés censés sauver les consciences, à défaut de sauver la planète.

J’ai des casques dégueulasses, croutés de l’intérieur et tout rayés de l’extérieur. Personne ne m’a jamais félicité pour leur patine. Ils ont pourtant affronté les cyclones et le soleil brulant des tropiques. Tout délavés. Ils ont rebondis par terre dans le bitume, et je les ai posé sur des supports  plutôt abjects. J’ai ri et pleuré avec ça sur la tête. J’ai peut-être même chopé des poux dedans à cause des mômes. Et oui. C’est moins glorieux que de prendre la pause à Salt Lake City en se prenant pour Burt Munro.

Je fais mon malin sur le sel avec une vieille machine zarb et un masque pourri…et vous me dites qu’un jour ce sera la mode et ça va rapporter un max?

Mais c’est la vraie vie des  vrais casques qui roulent. Pas de petit sac de transport molletonné et griffé pour le trimbaler en douceur au milieu des gens convenables. Les vraies cicatrices sont intérieures. Quand j’étais gamin, j’en faisais de fausses avec de la colle scotch et du feutre rouge. On trouvait ça trop extra. Mais quand tu te viandes pour de vrai, cela deviendrait un peu superfétatoire de recommencer non ?

Après les Sons of Anarchy, ils nous pondent un spin off. C’est la récupe de la récupe. Les Mayans MC. C’est sans fin. Sans faim. Et les gens en redemanderont. Si j’étais eux, je ferais même une mini série sur John Teller, le père de Jax, avec Ryan Gossling et un autre un acteur en vue pour jouer le rôle de Clay jeune. Et ça  marcherait. Les gens ne veulent pas être eux-mêmes. Ils veulent juste qu’on leur montre à qui ou quoi s’identifier.

L’existence est-elle un produit dérivé? Sommes-nous à la dérive?

Cela ne me dérange pas. Je ne juge personne, vous le remarquerez. J’essaye juste de comprendre pourquoi une réceptionniste peut trouver charmant un casque faussement usé à un casque vraiment usagé. Aimons-nous les gens pour ce qu’ils sont ou pour ce qu’ils projettent ? Quand j’avais les cheveux longs et un cuir tout troué, je ne suscitais pas ce type de réflexion. Maintenant que j’ai une coupe de Champion du Monde, une barbe de 8 jours soigneusement entretenue et une chemise à carreau achetée dans le Marais, les gens me font de grands sourires.

Avant…

…après.

Pourtant je suis le même. J’aime toujours rencontrer des gens passionnés, partager des émotions enthousiastes et encourager les personnes qui doutent trop d’elles-mêmes. Et aussi je me méfie toujours autant des pourris et autres faux derches. Le pire, c’est que je suis sérieusement plus destroy dans ma tête que quand les têtes de morts de pacotille ornaient mon torse d’ancien surfer reconverti en apprenti kayakiste. L’autre jour, le coiffeur m’a balancé une poudre à la Louis XV dans la mèche. Je me suis étonné de ne pas avoir la crème coiffante qu’il m’avait tartinée le jour où j’avais fait couper mes cheveux de Rahan. « Il faut penser à l’hygiène du casque ! » m’a-t-il sermonné sur un ton très docte. Mince. Déjà que renoncer au Pento, puis au gel, avaient constitué des étapes initiatiques majeures  dans ma destinée capillaire !

Faut-il choisir entre l’hygiène et la mécanique? Pourquoi au garage les clientes classes ne me regardent pas de la même manière que quand je philosophe en terrasse avec une chemise à carreaux?

Nous sommes jugés sur les apparences. Du moins au premier contact. Alors ce n’est peut-être pas si grave. L’aventure fait peur. Mais son parfum nous séduit. C’est vraiment une hypothèse à creuser dans de futurs posts, vous ne trouvez-pas ? Faut-il vraiment être buriné avec de supers items dans un endroit extrême sur une bécane de rêve pour apprécier la vie ? Et si sortir sa bonne vieille moto du garage le matin pour aller au boulot était l’expérience  métaphysique par excellence ? Hein ? Traverser le Népal en side-car vintage sous l’œil attentif d’un drone est-il donc plus glorieux que de déposer sa gamine tous les matins à la petite école en moto pourrie sous le regard goguenard des mamans en Mini neuve?

Ahhh ! L’authenticité !

 

C’est comme l’histoire du jean stone wash. Quand les gars se sont mis à passer des vestes ou des futes bruts neufs à la machine avec des pierres ponces afin de leur donner une usure précoce.

Nous voulons la patine, mais pas la vieillesse. La marque, mais pas la balafre. La trace mais pas la souffrance. Qui donc nous sauvera ? Autrefois les reporters publiaient des clichés d’enfants affamés léchant des plats vides. Aujourd’hui, les gens cools postent des photos de plats opulents qu’ils ne mangent pas.

Pour ce prix là, le truc est même aux normes CE !

Mon melon fait du 58. J’ai pris du M. Perfect !

Pas mal la finition !

Je ne sais même pas si je suis plus spécialement plus authentique que les autres. Le mot même est suspect. « Authentique ». Une vérité plus vraie que vraie. Encore un concept douteux à explorer… J’ai bossé des heures sur une moto pourrie. J’en ai vraiment chié. Replacer tout seul un bras oscillant et tout son bordel d’amortisseur, sans faire tomber les biellettes de tous les côtés. Et quand c’est enfin en place, découvrir qu’on a fait la moitié des choses à l’envers. J’en ai tant bavé. Quand ce fut enfin en place, j’ai jeté un sale chiffon sur ce tas de merde. Je me suis lavé les mains, j’ai fermé le garage de mon pote, et on a bu un verre ensemble. J’étais comme hébété. De retour chez moi, en bécane, j’étais au radar. Et soudain, je me suis fait la réflexion. « Mince, je n’ai pris aucune photo ! Rien sur Insta ! » Ah yes, c’était si bon de se sentir libre. On peut faire les choses à fond et les vivre seul et personne n’aura  à les liker. Et ça ne les empêchera pas de dormir. Certainement pas moi ce soir là en tout cas.

Au cœur de la souffrance…quand les mots pèsent plus que les photos…et quand tu niques un bras oscillant au bras de fer !

Mais là je vous en parle. Oui, mais c’est avec des mots. C’est ambigu. Mais c’est puissant. Et vous pouvez imaginer ce qui vous chante. Et ça fait bosser vos neurones. Et ça nous rapprochera toujours plus que la contemplation béate d’images toutes plus parfaites que les autres.

Pour marque-pages : Permaliens.

8 réponses à Cheveux courts idées noires

  1. Phil91 dit :

    Quelle est notre part propre et celle que nous voulons donner? Notre image est-elle une affirmation ou revendication. L’être et le paraître.
    Tu t’attaques à des sujets existentiels complexes.
    Chacun trouvera ses réponses. Merci pour ces lignes, que tu juges peut-être sans intérêt, mais qui sont toujours d’un réel plaisir à lire.
    Persistes, prouves que tu existes – merde – voila que je cite France Gall. Arg!

  2. Gilou dit :

    put…j’y crois pas !!! le Clay en hipster
    mouaaaahhhhhhhaaaahhhhhaahhhhh
    trop de la balle !!!
    bon, sérieux, quand es ce que môssieur du Marais vient s’en jeter une dans le cornet dans l’ouest ?
    NB: on roule le 28, ça te dit de pourrir ta nouvelle coupe en transpirant dans les virolos ?
    🙂 🙂 🙂
    🙂

    • Clay dit :

      Bin oui c’est rigolo. Je ne sais pas si je suis un hipster. De toute façon je n’étais pas un biker non plus.
      Merci pour l’invite. Mais en ce moment c’est chaud car je mets le paquet sur le VFR, les travaux à la case, la crise d’ado de ma fille 🙂
      Les sorties moto, je n’en fais plus du tout. Mais ça fait plus de deux ans. ça me saoule. Je préfère rouler tout seul et tous les week end je fais du kayak, surtout en rivière dès que c’est possible. Avec les cheveux courts, je dois bien avouer que c’est bien plus pratique 🙂 Bipe moi quand tu passes din ch’Nord 😉

      • gillou dit :

        ok dommage, je te ferais signe quand je monte din ch’nord

        au fait, ma fille roule en Monster 695 (résé blanc, cadre rouge, casque noir Bell) depuis 6 mois…
        tu l’as peut être croisée vu qu’elle est sur Sindni 🙂

        • Clay dit :

          J’ai vu une meuf comme ça avec une queue de cheval blonde démesurée qui dépassait du casque. Mais je ne mate pas trop les motardes parce que je me dis que ça pourrait être une élève ou ma fille, et là ça confirme mes craintes 🙂 Je ferai attention. Mais c’est plutôt elle qui reconnaîtra mon logo ou mes motos, vu qu’en plus j’y vois plus trop clair 😉 Tu dois être rudemnt fier. ça change du café racer 125 !!!

  3. gillou dit :

    ouais, ça doit être elle…
    donc arrête de mater vieille canaille !!!

    effectivement ça la change du 125 mais elle en est déjà à 2 gaufres…pas vite mais le budget pièces de rechange enfle à vue d’oeil…
    sinon, t’as le doit de répondre quand je te téléphone vieux brigand

    • Clay dit :

      Le budget pièces…avec une Ducate, mouah ! Ah ! Avec une vraie moto japonaise, ce serait plus jouable, tout de même. En ce moment je suis H 24 au garage donc pas facile de me joindre. Tu sais mieux que moi ce que c’est…quand tu commences un truc mécanique, c’est surtout une peu aussi pour avoir la garantie de ne pas être emmerdé par les impôts, ton ex, les mômes, les gens, ou autres. D’une manière générale, je ne réponds jamais au téléphone. J’aime pas parler au téléphone. ça date de 1979. Mais je suis très réactif en ligne ou aussi avec les textos.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *