Motards : samouraïs du XXI° siècle.

Les motards sont les samouraïs du XXI° siècle. Je n’ai pas trouvé mieux pour tenter de légitimer ma dernière acquisition. Un plaisir coupable mais pourtant tellement jubilatoire : le Marushin C609 Double Lentille Grimaçant.

Je dois donc vous expliquer pourquoi nous sommes de purs samouraïs (bon, pour les bikers HD ça peut sembler duraille, mais votre électronique est made in Japan (si ce n’est made in China) et c’est au Japon qu’on trouve les customs les plus barrés non ?

Ma vie de samouraï de pacotille a commencé très tôt. Au début de l’enfance, tout allait bien. Je me déguisais tous les jours. Ou, plus exactement, quand j’étais vêtu en civil, c’est là où j’étais déguisé en enfant.

Le reste du temps, c’était la vraie vie quoi :

en Zorro (le chapeau sur la cagoule en hiver, pas top, mais pratique en été pour vomir dedans sans salir la Fiat rouge de Papa)

Mais où sont Bernardo et le sergent Garcia?

en chevalier. Le heaume, déjà ! Tu prends un baril de lessive cylindrique (tu le vides avant, pas comme moi en regardant dedans au-dessus de ma tête = consultation ophtalmo d’urgence) et tu le recouvres de papier d’aluminium.  Mais en 2018, les barils de lessives ne sont plus cylindriques,…pffff)

We will rock you !

en indien emplumé à l’excès

Danse avec le chien du voisin

en mousquetaire du roi (encore des plumes !)

Là je suis censé vous imiter le rire moqueur de Jean Marais, mais faudra me payer une bière pour ça !

 en Robin des Bois (pour pécho des princesses qui font pipi dans leur culotte)

Viens je vais naviguer sur ton Petit Bateau !

en Astronaute (avec déjà des problèmes de ventilation du casque)

Papa ! C’est comment qu’on enlève la fumée?

en gendarme à képi (avec le sifflet pour harceler les amoureux des bancs publics)

Ah non..euh…elle c’était juste pour mon arrestation de l’autre soir…

Ouah les amoureuuuuxx ! Ouah c’te honteuuuu !!!!

et…en motard (fastoche : tu mets le casque d’astronaute sans les tuyaux de respiration et tu fais du tricycle en vrombissant avec le fond de la gorge quand tu essores la poignée qui ne tourne même pas)

Les japonais ? Je n’y pensais pas. C’étaient juste des gueulards cruels avec de moches uniformes dans le Pont de la Rivière Kwaï, le dimanche après-midi, avec Papy, en mangeant des crêpes au sucre.

Et puis, en quelques mois, je ne sais plus trop à quel âge, ni dans quel ordre, tout ceci m’est apparu à un rythme compulsif et de manière quasi hypnotique :

En littérature, je me suis mis à lire Musashi et Le traité des 5 roues, Les Belles Endormies de Yasunari Kawabata. J’ai découvert Mishima. Etudiant, je lutinais des khâgneuses qui me faisaient louper le dernier métro pour voir la copie longue restaurée des Sept Samouraï de Kurosawa. Je suis passé des échecs au noble art du Go. Je me suis mis à préférer Murakami à Picasso.

La mondialisation nous a bercés, mais on ne s’en est même pas aperçus ! Les japonais, arrosés à la bombe incendiaire, puis atomique, puis au Coca depuis Mac Arthur, ont profité de l’occasion pour nous imprégner de certains aspects de leur culture. J’adoooore les sushis ! Et le saké ! Et la Sapporo ! Et le Nikka. Ta mère ! (Facile mais irrésistible).

Pour les bécanes, mes aînés avaient tous des Zündap, ou des Anglaises, ou des Guzzi. Mes camarades de classe avaient pour l’essentiel des Motobécanes.

Mais nous, on était des gars cools. On écoutait Back in Black en boucle. Et des trucs de Judas Priest aussi. Karim avait la DT. Maxime la TY. Moi la RD. Le truc, c’était de rehausser les meules avec des barres, de les dépouiller de plein de trucs. D’y greffer des carbus et des kits non homologués. De mettre la misère aux mobs devant le bahut, en faisant un max de bruit.

Le seul problème, par rapport à mes potes, c’est que j’étais tombé dans le vintage sans trop le faire exprès.

Je rêvais d’elle :

Mais j’ai hérité de toi :

Merci Yamaha ! Suzuki ! Honda ! Kawazaki et tous les autres ! Merci les conglomérats rompus à la fabrication des guitares électriques, des montres étanches, des bombardiers et des pick up indestructibles.

LES DIEUX

Voilà pour les racines, la nostalgie et ce fond de culture pop que nous avons en commun dans notre ADN de consommateurs engendrés par des baby boomers et autres révoltés estivaux.

Maintenant, on est des adultes. Nos nains nous prennent pour des débiles car ils pensent avoir inventé le jeu vidéo. Cela ne les empêche pas de baver devant Stranger Things, de se pavaner en jeans taille haute et de croire qu’AC/DC a composé des morceaux pour Iron Man. On vieillit quoi.

Mais moi je reste un putain de môme dans ma tête. Les ados ont peur du ridicule. Pas les mômes. J’adore toujours me déguiser. Quand j’ai vu le casque en ligne, je ne sais plus trop quand ni pourquoi, j’ai hésité bien sûr. Je ne suis jamais bien certain de ne pas passer ma vie à faire n’importe quoi. Mais on s’en tape non?

Après, j’ai une méthode philosophique infaillible :

« Si tu le commandes, cela va-t-il faire parler les cons ? OK ! Je commande ! »

Mais quoi ? Le Marushin Samouraï grimaçant double lentille bien entendu !

Lui?

Euh…non, lui !

D’emblée, pour les rageux qui en sont encore à critiquer les nippons alors qu’ils consomment chinois sans le savoir, sachez que Marushin est un fabriquant de casques culte dans les années 70/80.

Il y a le portrait du père fondateur sur la boîte alors un peu de respect !

Test rapide :

Un jet de scooter moyenne gamme assez honorable. Ce n’est pas la finition d’un Bell, mais il y a pire sur le marché. Mais on n’achète pas ce casque pour ses performances. Le masque ne protège pas du tout en cas de chute. Ce n’est pas un intégral modulable. Cependant, il est aux normes CE. Assez léger et pratique, il couvre bien la mâchoire. C’est juste pour rigoler en ville, pas pour déchirer à grande vitesse. Les caisses me laissent passer. Les autres motards n’ont pas trop le temps de comprendre. Les yeux sont trop grands et on a l’air idiot, mais c’est le prix à payer pour la visibilité. Il y a un écran intégré pour le soleil, mais le masque suffit. De nuit, c’est plus obscur, comme on dirait chez Vador. Etre un ronin, tu sais, ce n’est pas si facile.

Et là les forces de l’ordre contrôlent et tu as une étiquette aux Normes Eu !!! Par contre, j’ai tartiné le logo Marushin avec des stickers rétro-réfléchissants noirs, pas légaux mais tolérés : ne jamais chercher les emmerdes, surtout avec un casque pareil !

Pour le minable-rageux-jaloux-frustré-avec-sa-moto-moche-à-top-case qui m’a accusé de vouloir être « un pseudo essayiste qui veut des cadeaux des distributeurs », deux petites choses :

-Je paye tous les trucs dont je parle avec mes sous. Pourquoi des boîtes qui vendent de la merde me contacteraient-elles ? Et les autres, tu penses vraiment qu’elles attendent après moi ? Réfléchis un peu, jeune crasseux ! Par contre, je peux me vanter d’avoir contribué à promouvoir de fameux artisans universellement ignorés à leurs débuts. Mais t’auras pas les noms car je ne suis pas aussi vantard que toi, sous-crotte de lapin !

-J’essaye d’être un essayiste (mais je pense que tu confonds avec « essayeur », en mode testeur. Mais un bloggeur ne poste pas des « Essais ». Ça, c’était valable pour Montaigne et Hume, et cela n’a rien à voir avec des tentatives, mais au contraire avec des formes littéraires et philosophiques plutôt achevées. Alors merci du compliment, petit analphabète…

…oh, et puis je t’emmerde.

Comment pouvais-je résister à ce énième casque de ma fabuleuse collection (demandez à ma collègue blogueuse Céline de The Pintade , blog girly, classe et littéraire, qui refuse obstinément de me rendre mon Bell 500 Roland Sand Design (je savais bien que c’était un casque de fille !). Céline, si tu lis ce post, et si tu veux passer le permis moto, sache que ce casque ne t’attirera que des ennuis!

https://thepintade.wordpress.com/

Et comment résister à ça :

Si tu n’assumes pas le masque, tu peux aussi commander cet écran transparent basique qui transformera ton casque japonais de mauvais goût en casque de sooteriste basique de goût de chiotte…

Pour revenir à mon rêve de samouraï motard ?

C’est simple : que des points communs :

Code d’honneur + en voie de disparition + fétichisme de l’armure + monture de rêve

What else ? Bin…ce sera un autre post 😉

J’en profite pour saluer mon ami nippon Koïchi de An-Bu Custom Motors. On se connaît en ligne depuis le début. Le préparateur le plus discret et génial de tous les temps. Un jour, c’est mon rêve le plus cher,  je viendrai trinquer dans ton atelier mon frère d’armes.

http://www.an-bu.jp/

En attendant, il vous faut approfondir avec le blog de mon ami Motorcycle Boy, provisoirement retiré du champ de bataille mais pour mieux renaître de ses cendres :

https://motorcycleboy.fr/

Et aussi pour comprendre à quel point les japonais nous niquent en termes de classe, il faut relire le beau post de 4h10 :

https://4h10.com/2017/01/les-bosozoku-honneur-motos-et-battes-de-baseball/

Enfin, je vous encourage à vivre le même plaisir coupable que moi en vous matant The Villainess :

Merci à ma frangine July Herrewyn, boss de feu Demens Motorcycles, pour m’avoir initié à ce plaisir coupable 😉

Enfin, soyez indulgents. Oui, piloter une japonaise avec ce casque ridicule…le lien avec ma culture perso n’est pas si évident. Mais imaginez un gang de 30 filles et garçons débarquant en ville avec ce casque…et là vous devez bien avouer que The Wild One et La Casa de Papel (désolé Marlon, je sais, là, on chute de très haut !!!!) n’ont plus qu’à ranger combis et perfectos.

J’aime écrire, piloter, faire de la mécanique et aider les gens sympas (et même les autres !). Alors merci pour tout ce beau soutien sans faille mes amies et mes potos de route, de garage, de bar et de web !

Taggé , , , , , , , , , , .Lien pour marque-pages : Permaliens.

8 réponses à Motards : samouraïs du XXI° siècle.

  1. Thepintade dit :

    Un Cax politiquement incorrect !!! Ô joie !
    Toi avec cette chose démoniaque sur la tête c’est du même niveau que Hell avec son Hattori Hanzo à la main : du très grand !!

  2. Phil91 dit :

    C’est vrai qu’il a un look particulier, mais ce qui importe, c’est qu’il te plaise.
    Je ne résiste pas à te poser une question digne de Brice de Nice (film que j’assume adorer):
    Tu peux te moucher avec ?

    Philippe

    • Clay dit :

      Merci Philippe, c’est vraiment gentil. Oui, et on peut même cracher à travers !!! Moi aussi j’assume ma Bricitude ! D’autant que j’ai une mini moto, des surf boards et la mèche blonde qui va avec. « Sinon, c’est comment travailler.? J’ai un copain qui a déjà fait, mais… » 🙂

  3. Neyco dit :

    Hey !alors le coup 😉 le fait de rester un gamin qui rêve d’aventure et de rendre sa vie plus épique 😉 je te comprend à 200%!
    Et Pour le trinquage avec Koichi ;)! Préviens moi quand tu commence à économiser ! J’aimerais vraiment beaucoup aussi ! Il m’as dit si on l’aide à bricoler les bécanes ! On a le gîte et le couvert mdr !

  4. Gilou dit :

    ah, ah, ah…purée, tu changeras jamais hein !
    et c’est tant mieux…
    n’en déplaise aux grincheux, bouseux, haineux, s.u.veux (tain’, j’ai été la chercher celle-là), envieux, têtes de noeuds, trop vieux, etc.
    bref, aux autres !
    (ceci dit je me sens toujours pas samouraï…p’têt un brin cow-boy et encore !)

    • Clay dit :

      Ah ! Ah ! Sacré Gilou ! Bien joué vraiment 😉 Bin voilà. Je confirme le petit côté cow-boy 🙂 Bah…quand rien ne va de soi, autant rester cool. Comme disait Alphonse Daudet (mais c’est repris dans Ghost Dog : « Il faut traiter les choses légères avec sérieux et il faut traiter les choses graves et sérieuses avec légèreté ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *