bécanes,  Sous le casque

Toutes les motos de James Bond : les années 60.

Toutes les motos de James Bond : les années 60.

 

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur James Bond et les motos ! Vous osiez le demander. Mais vous ne saviez pas à qui. Quelques rares petites pages s’y sont risquées. Mais Claymotorcycles vous a entendu.

Un sport international, en mode confinement, consiste à se refaire l’intégrale d’une saga. Question confinement, nous sommes gâtés ces derniers temps. Alors j’ai refait plusieurs sagas. Star Wars d’abord. Je pensais avoir grandi avec Star Wars. Je me la pétais devant mes enfants, sous prétexte que j’y étais déjà en 79, avec mes pop corns et ma petite sœur. Mais ce sont eux qui ont pris le relais. Et puis ils ont ajouté les leurs. Potter. Les Anneaux. On s’est fait les Gendarmes de De Funès aussi.

Voilà, pas de jaloux !

Ensuite, je me suis fait les James Bond, et là j’ai vraiment ressenti un mélange de nostalgie très personnelle. C’était à part. James restait toujours et pour toujours jeune et fort. Mais son monde vieillissait. Comme le mien. Comme moi-même. Il fallait que j’écrive là-dessus. Mais tout avait déjà été fait. Ses costards, ses montres, et bien entendu ses voitures. Mais pas une ligne sur les motos. Il me fallait donc écrire un article réunissant mes deux passions. Cela devait être le plus objectif et précis possible, afin que chacun puisse y aller voir à son tour, et, qui sait, visionner la saga avec un œil nouveau, tout en attendant la consécration du dernier opus, lequel, et c’est une tendance constante qui accompagne l’évolution de la société, fait plutôt la part belle aux deux roues. Mais c’est presque une autre histoire.

La moto est de moins en moins libre, mais elle vante et vend l’image de la liberté. Plus pour très longtemps d’ailleurs. Un peu comme le mytique cow boy Marlboro, ivre de grands espaces mais accro à son mégot, dangereux et plein de fumée toxique. Plus personne ne fume : les gens vapotent.  Les grands espaces ont disparu, cédant la place aux déserts arides et aux centres commerciaux. Les piétons tentent de se frayer un chemin entre les trottinettes électriques et les vélos électriques. Désormais, à la place de la moto thermiques (auxquelles je continue à vouer le culte coupable de Conan le Barbare aux pieds du dieu Chrome), et aussi en alternative à ces saloperies électriques (et j’y inclus les machins électriques genre Harley avec leurs batteries qui foutent notre environnement en l’air) le vélo (on est désormais obligé de dire qu’on pratique le vélo « musculaire », suscitant alors l’admiration de béotiens similaires aux spectateurs de TF1 face à la dissection de la créature de Roswell)  semble plus à même d’offrir ce rêve, en adéquation avec le renouvellement des mythes du corps et de la nature. La moto thermique est-elle en voie de disparition? James Bond est-il un dinosaure? C’est ce que nous allons voir.

Concentrons-nous donc sur notre projet : nous ferons l’impasse sur les motos neiges et autres jets ski, lesquels pullulent dans les films de Bond. Partons à la recherche de vraies motocyclettes.

1962 James Bond contre Docteur No.

Je ne suis pas encore né. Il faudra attendre. Live and let die. Ma mère ne perd les eaux qu’en Mai 68, non pas sur une barricade mais en pleine séance d’Il était une fois dans l’Ouest. La légende débarque. Pas moi. L’autre. Bond. James Bond. La légende ? Que dis-je. Le mythe. Sean Connery, acteur pauvre dénué de confiance en soi. Ursula Andress, qui accepte le rôle pour faire plaisir à Kirk Douglas. Quintessence de la James Bond girl, son bikini vendu aux enchères en 2001 pour plus de 40 000 livres aura suscité beaucoup de vocations pour la plongée sous-marine. Le générique musico-graphique, le casino, la plage, le repaire du méchant mégalo sadique qui bavasse trop à la fin alors qu’il pourrait triompher en se contentant de tirer une balle en silence, le baiser fougueux : tous les ingrédients sont là, pour démarrer une Saga dont personne ne peut imaginer qu’elle s’étendra sur plus de 50 ans, à cheval entre deux siècles. Tout ceci va devenir iconique. La Rolex Submariner 6538 fait son apparition au poignet de Connery…quelques scènes après une Gruen Precision 510. Et les véhicules ? Il n’y avait pas de trottinettes électriques à l’époque. Et l’Aston Martin alors ? En réalité, James pilote, d’un air faussement décontracté, une somptueuse petite Sunbeam Alpine Série II Sport. Il n’y a pas de motos. Mais franchement, on s’en tape pas mal, non ?

1963 Bons baisers de Russie. Connery prend de l’assurance. Il pilote une Bentley 3½ Litre Coupé Park Ward de …1935 équipée d’un …téléphone !  Mais pas une seule bécane dans le paysage.  Pour les bécanes, on peut toujours mourir…ou attendre.                                                                                                                                                                                                   

1964 Goldfinger. Enfin l’Aston Martin DB5 et tous les gadgets de Q. Quand vous pouvez vous pavaner de la sorte, vous n’allez tout de même pas vous les geler sur une Norton avec freins à tambours, non ?                                                                                                

1965 Opération Tonnerre. Ah, cette affiche ! La bataille sous-marine ! Mais pas trop de bécanes dans le paysage. Petit rappel : dans ces années là, une moto est un truc de pauvre qui n’a pas les moyens de se payer une voiture. Ou, pire encore, c’est un engin résolument asocial depuis The Wild One et Marlon Brando, voire carrément infernal depuis la médiatisation croissante des Hells Angels. Mais soudain, à 37 minutes 59 secondes , James, poursuivi par une caisse noire, dégaine les gadgets pendant qu’e le phare d’une moto apparaît dans l’arrière plan.  Alors, à sa grande stupéfaction, la BSA envoie un missile dans les fesses du poursuivant, lequel se finit en flammes dans le bas côté. Dans les plans suivants, le mystérieux ange gardien de James réserve le même sort à la bécane, en la noyant dans un étang, histoire de faire monter la cruauté d’un cran par son geste sacrilège. Alors, dans une gestuelle qui fixera à jamais les canons de la beauté fatale qui ôte son casque pour libérer sa chevelure léonine,  la James Bond Girl se révèle, sanglée dans son perfecto. Sous nos yeux à la fois consternés et fascinés, Fiona Volpe vient de bousiller une BSA Lightning 650.                  Quelle vison su

Une vison sublime. A-t-elle influencé le futur créateur de Mad Max?
Nonnnnnn ! Mais c’est quoi ce gâchis !!!!!!

 

Toutes les pubs pour les shampoings et les produits démêlants découlent de cette scène. Foi d’ancien pubard !

                

La moto, tout spécialement peint en doré, était pilotée par l’ancien champion de course sur route, Bill Ivy, coiffé d’une perruque blonde pour le faire ressembler à l’actrice italienne Luciana Paluzzi. De faux tubes lance-missiles furet greffés sur le carénage mais l’explosion fut déclenchée à distance par le coordinateur des cascades Bob Simmons. En septembre 1965, la moto a été présentée dans une exposition de motos à Brighton.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                              

1967. Casino Royal. Hors série. Un délire psychédélique avec Peter Sellers et David Neven. Je ne crois pas avoir vu de motos. En fait, je n’ai pas cherché. Seuls les initiés comprendront pourquoi.                                                                                                                                                                                      

1967 On ne vit que deux fois. Nous sommes au Japon. Toyota 2000 GT : OK. Pour les bécanes, nous ne sommes pas chez Kill Bill. D’ailleurs, il est étonnant de constater que, plus de 50 ans plus tard, le Pays du Soleil Levant, dont la production de motos accessibles et performantes aura mis à genoux les firmes européennes et américaines, continue à considérer les motards comme de dangereux sociopathes. Le Japon serait-il donc le seul pays lucide                                                                                       

1969 Au Service Secret de sa Majesté. Là on arrête tout. J’ai un an.  Mais c’est qui ce gars avec son menton en forme de cul et ses oreilles plutôt décollées ? Mais non ce n’est pas moi. C’est  George Lazenby. Longtemps je ne l’ai pas aimé. Je lui reprochais de ne pas être Sean. Et lui-même, durant le tournage, a écouté le conseil pourri de son agent : ne tourner qu’un seul Bond pour ne pas être prisonnier du rôle. Mais j’ai mûri, et mon goût s’est affiné. Pardon George. Tu resteras un Bond absolument génial et incompris, y compris par toi-même. Putain mais il est génial cet opus ! Les vilaines pouffes hypnotisées de la station perdue dans les neiges. La déco de folie. Cet acteur, à la fois macho branleur, tueur implacable et amoureux passionné ! Cette fin tragique ! Seul le Craig des deux derniers opus saura renouer avec cet épisode absolument crucial. Pour comprendre la vision craigienne de Bond, il faut avoir vu et revu Lazenby à l’œuvre. Mourir peut attendre y fait quantité de références appuyées. Et saluons au passage la reprise de la mythique réplique « On a toute la vie devant nous ». Des légions de fans conspuent régulièrement Au Service Secret de sa Majesté (En plus ce titre explique à lui seul toute la philosophie de Bond !). Ce sont les mêmes qui vomissent la fin du dernier Opus. C’est tellement facile. Comme si la fatalité du capitalisme et des produits dérivés condamnaient la Saga à ne jamais dépasser l’apologie du chacun pour soi. Comme si Bond devait rester prisonnier d’une guerre froide manichéenne alors que tout fout le camp. Un agent secret qui traverse les décennies et les siècles sans vieillir et en changeant de visage leur semble acceptable. Mais un gars professionnel qui, comme nous tous les jours, se tue à la tâche et tient le coup en picolant et en refoulant ses faiblesses, un homme fiable mais fatigué qui aspirerait au repos, à l’amour, un amant aimant qui en aurait marre de la froideur des plans culs très chaud, un gars obligé de se blinder et de refouler sa sensibilité qui en aurait assez de prendre et qui assumerait de donner. Perdre l’amour de sa vie une fois, puis une deuxième. Et accepter enfin de donner la vie plutôt que de la prendre ? Ne pourrait-on clore ici l’aventure ? James Bond et ses spectateurs sont-ils en quête de sensations ou de sens ? Eternel débat. Mais non. Les rageux ne se fatiguent jamais. Rendez-nous le vrai James Bond ! Oublions vite cette erreur ! Et pourtant, la seule erreur de casting, si vraiment il leur en faut une, c’est bien Timoty Dalton. Lui-même fut le premier à l’assumer. Lazenby, c’est la clé pour comprendre la profondeur psychologique et la fragilité d’un agent qui fuit en avant vers sa mission en se complaisant  dans le spectacle d’une vie superficielle en tous ses aspects (casinos, greluches, soirées mondaines, alcool, bolides, sapes et voyages). C’était d’ailleurs le mode de vie de l’acteur. James, lui, décide d’être enfin sérieux et se marie Mais sa femme meurt dans ses bras. Vous savez peut-être que votre serviteur a affronté cette indicible épreuve. Ceci explique aussi cela.

Bref. Et les motos dans tout cela ? Justement ! Mon article est un travail savant entièrement voué au moindre deux roues motorisé dans la saga. Ceci implique les bécanes pilotées par James, mais aussi les autres. Il vous faudra donc attendre 2 h 20 minutes 12 secondes. Emma Peal (là encore j’aurais de quoi vous écrire un article complet) vient de se prendre une bastos juste après avoir épousé James. Ils étaient en route pour la honey moon ! Une vilaine a mitraillé le couple depuis la Mercedes-Benz 600 pilotée par Blofeld et sa minerve. Le jeune marié aussitôt veuf s’en aperçoit brutalement, complètement ahuri. Le rêve est brisé. Dans l’arrière plan gauche un motard de la police portugaise apparaît. Enfin, un type qui en porte l’uniforme. Bond tente de dissimuler la mort de son épouse dans une dernière étreinte en lui disant : « Nous avons toute la vie devant nous ».

Nous sommes en 1969, ce sera la dernière année de production de cette magnifique BMW R69 S. 42 chevaux. Sportive et fiable. Avec cette belle machine s’envolent les rêves un peu mièvres d’un homme qui s’est trop sali les mains pour pouvoir espérer avoir droit au bonheur.

Lazenby était un motard fou furieux. Le seul parmi tous les acteurs ayant incarné Bond. Le saviez-vous?

Voilà tout pour les années 60. C’était plus commode de procéder ainsi, car  les acteurs se sont succédés, et même parfois chevauchés, au grès des décennies. Et puis les grands crus de motocyclettes s’apprécient généralement mieux tous les 10 ans.

On se donne donc rendez-vous avec les bécanes de James des années 70. Et là, nous allons monter en puissance, et James aussi !

Quant à savoir si James Bond est un dinosaure, la réponse est là : https://claymotorcycles.com/2021/10/etes-vous-james-bond/

Suivez-nous:

3 commentaires

  • Naze

    Salut Benoit.
    Encore un plaisir de te lire… j’adore l’esprit qui transpire au travers des mots choisis par ta pomme. Il y a là un je ne sais quoi, qui me chuchote quelque chose en plus à moi…sans vouloir te flatter, je ne suis pas du tout un lecteur, et le seul écrivain qui me fait le même effet c’est Bernard Werber.
    (Si la comparaison ne te plaît pas, tu la jette…haha)
    Au plaisir de te croiser…
    Idir.

    • Clay

      Hey Idir!
      ta comparaison me touche car j’ai toujours gardé un souvenir ému de L’encyclopédie du savoir relatif et absolu, laquelle a stimulé autrefois ma curiosité intellectuelle et donné le goût de la transmettre. Cela m’encourage pour continuer l’étude des épisodes suivants de la saga Bond !
      Porte-toi bien 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :