Mon garde-boue en alu sur mesure

circuitMon garde-boue en alu sur mesure, à la Réunion, c’est possible. Regarde bien ton affreux gdb en plastoc, sans âme ni relief. Regarde maintenant une pauvre feuille d’aluminium, toute plate. Imagine maintenant que cette feuille épouse avec classe et galbe les contours de ton pneu neuf. au point de le lécher presque. Imagine maintenant des supports en aluminium fondu à la main après avoir été conçus en PAO spécialement pour fixer ton garde-boue à ta chérie. Ce serait le rêve, hein!

Et pourtant, avec Run Iron Works, c’est possible, et pour le même prix qu’un misérable adaptable vaguement universel qui arrivera sur taxé par la poste selon les caprices de la douane.

Comme les amis le savent, je travaille patiemment à la préparation ultime de mon XJR. Une moto qui serait intemporelle. Assez cool pour échapper au stock. Assez coquine pour s’émanciper de la collection storico. Et pourtant assez classe pour traverser le temps, et assez puissante pour laisser sur place les jouets pour hipsters saisonniers. Cela fait donc un bon bout de temps que la belle passe en version full alu et full métal poli. Pour tempérer la brutalité de l’ensemble, je me suis attelé à la gainer de cuir un peu partout. Pas en mode BDSM, hein. Non, en mode Winston Churchill.

Dans cette optique, j’ai donc compris et accepté le fait que je ne pouvais tout faire seul. J’ai donc confié la selle à Mat, comme vous le savez.

La Haute Couture à la portée de tous.

Et, pour le garde-boue, j’ai renoncé aux caprices de ma fougueuse jeunesse, laissant à Jean, mon pote de Run Iron Works, toute latitude pour donner à mon XJR la touche de crédibilité qui lui manquait. Les fourches sans gdb qui ne roulent qu’en plein soleil, et les bandanas noués en guise de protection imaginaire, très peu pour nous. Un gdb avant, ça protège ta vision, ton phare, ton visage. Et pas que de la pluie. Bouffer du gravillon sur les routes en travaux, non merci. Et je ne te parle pas de la protection de tes tubes d’échappement, de tin bloc, etc. J’avais tenté le gdb fait maison, mais avec un résultat pour le moins polémique :

je t'oblige pas à rouler avec ;-)

A l'origine, j'avais au moins mis les écrous de la bavette à l'endroit...

A l’origine, j’avais au moins mis les écrous de la bavette à l’endroit…

Bref, après une belle route vers Petite-Ile, on a réfléchi aux côtes idéales. Pour le shape global, nous n’avons pas fait un plan en trois parties. Au feeling, on a surfé 3 mn sur le tel de Jean et on a vite trouvé l’inspiration. Ensuite, j’ai dû me montrer patient. C’était le plus dur. Cette démarche m’a rappelé l’époque bénie où je hantait l’atelier de mes shapers de prédilection, Choka et Thierry Delbourg. Des gars qui savaient ce qu’ils faisaient, avec qui je pouvais envisager la création la plus adaptée à mes besoins et à mon niveau. Avec cette même attente au final. Et ces mêmes rebondissements imprévus, bien entendu.

 

Le bon vieux temps je vous dis !

Le bon vieux temps je vous dis !

 

Très vite en effet, Jean m’a demandé si, plutôt que l’acier, on ne pourrait se lancer dans l’aluminium poli, vu que je voulais un aspect brut au départ. En tant qu’alu man convaincu, j’ai tenté le coup, bien sûr.

Ensuite, il y eut pas mal de changements et de péripéties rigolotes. Ainsi, Jean préfère travailler avec la moto sous les yeux. Mais il a accepté, à ma demande, de travailler un peu à distance. Et, comme les supports en alu étaient trop hauts, il les a aussitôt rembarqués pour les refondre. Quand il me les a livrés une seconde fois, ils étaient parfaits. A c moment là je faisais de l’impro de théâtre, et ces supports ont servi d’objet transitionnel sur scène, avec des acteurs amateurs qui ne savaient même pas ce qu’était un garde-boue. Un chouette souvenir assez délirant. C’est bien, quand la moindre pièce de ta moto a une histoire.

20140624_092647

Le Keum : un poète !

Au final, j’ai encore bossé car j’avais mis des écrous trop longs. Avec les vieux Metzeler bouffés par l’usure, ça passait. Mais, quand le Keum m’a mis des gommes neuves (et oui, je ne vais pas lancer le nouveau XJR avec des chausses de merde), les flans étaient limite à se faire bouffer par la quincaillerie ! J’ai dû démonter à nouveau. C’était ça, ou rentrer à pieds ! Je n’ai pas discuté, car, là aussi, je sais reconnaître quand mon mécano a raison. N’avais-je pas changé un flan de pneu de Dax en caoutchouc brûle par le même procédé autrefois? Par contre, quand je lui ai amené le garde-boue, il a palpé le retour avec soin, et m’a déclaré « Mon p’tit Clay, on peut considérer qu’on a là la seule belle pièce de cette étrange moto customisée! » Venant de lui, c’est un sacré compliment. Pour Run Iron Works, hein, pas pour moi.

Ma bécane est cachée parmi ces trois Grâces : sauras-tu la retrouver?

Ma bécane est cachée parmi ces trois Grâces : sauras-tu la retrouver?

 

Je vous montre pas encore la moto au complet. Il reste à changer les tubes de fourche et le kit chaîne. 

gdb-seul bw classe devant flou noir-filtre retour-back retour-front

Mais le bout du tunnel n’est pas loin.

Run Iron Works

Taggé , , , , .Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *