Mini max

En théorie des jeux, le théorème de Mini max de John Von Neumann démontre de manière complexe que, quand chacun tient l’autre par sa barbichette de hipster, le mieux est encore d’adopter une stratégie hasardeuse et imprévisible. On peut l’appliquer au foot, lors du fameux tir de penalty. Le problème, c’est que les joueurs, pourtant réputés pour leur fort Q.I., l’appliquent mais sans le connaître. Alors se pose la question de l’utilité de cette loi. Moi je me dis que si elle cherche à comprendre nos actes, ce n’est déjà pas si mal. Et puis j’aime bien ce nom. Mini max. Quelque chose entre un nom de bâton glacé, un dicton genre « Qui peut le plus peut le moins », ou un euphémisme pour désigner un micro pénis courageux. Ou encore une évocation affectueuse des mini motos. Je ne vous parle pas des trucs de cross bricolés par des freluquets qui torturent les oreilles des riverains en toute illégalité. Je vous parle de vraies motos. Le Dax !

Et…on l’oublie souvent mais son bon vieux rival devant l’Eternel…le Chappy !!

Moteur deux temps de 50 ou 72 cc ! Pondu au kilomètre par Yamaha de 1973 à 1996. Avec ou sans pédales, avec transmission automatique (2 vitesses avec ou sans manette de présélection), semi-automatique (3 vitesses) ou manuelle (4 vitesses). Démarrage au kick de rigueur pour épater les copains et les copines. L’anti 103 SP par excellence. Wikipedia a raison d’insister sur la classe de  son graissage séparé et de sa ligne d’échappement. Par contre, le contributeur qui le considère comme l’ancêtre du scooter a sûrement fumé une moquette avariée des années 70 !

Je ne vais pas vous présenter à nouveau le Dax, lequel fit l’objet d’une foultitude d’articles dans nos nobles colonnes.

http://claymotorcycles.com/2017/01/bobber-dax-sk8/

Mais, grâce au meilleur voisin de tous les temps que j’ai jamais eu (Will, reviens !), je vais rappeler aux anciens et faire découvrir aux morveux cette petite merveille.

Will est un gars costaud, intelligent et performant. Comme Socrate, il boit mais n’est jamais saoul, c’est un père extra et un mari aimant. Et oui les filles, il est déjà casé ! Nos mômes nous ont cassé les oreilles et les boules durant de longs week-end, et il m’a déjà tiré de plus d’un mauvais pas. Comme le jour où je me suis tapé la honte à encastrer le Stormcruiser dans un palmier multipliant au fond de mon jardin. Et je n’avais même pas bu, pour une fois ! Will peut te démonter le bras avec une clé d’ultimate fight en moins de temps qu’il n’en faut au chef mécano moto GP Yamaha pour tomber le bras oscillant du Doc. Ensemble on a descendu pas mal de rhums arrangés et je ne peux pas me vanter d’avoir gagné le tournoi. Le mini max, je vous dis ! Et en même temps, Will collectionne les Playmobils, …et les Chappy.

Plus exactement, il achète des Chappy en loque et les remet à l’état storico avec l’exigence et la précision d’un maniaque. Rappelez-vous la scène mythique de Delon dans le Samouraï, lorsqu’il démonte et nettoie son arme les yeux bandés dans le noir en un temps record, tout en faisant des pompes sur une main avec Passe-Partout qui fait le poirier sur son dos…ah non, c’est peut-être dans la Rubrique à Brac de Gotlib ça non? Bon bin ça c’est rien à côté de Will et du Chappy.

Pfff…encore un crétin qui ne connaît pas la théorie du mini max…et qui ne connaît pas Delon.

 Au début, il assemblait les meules dans son salon, pour le plus grand plaisir d’Olivia, son épouse.

Désormais, il s’est aménagé un atelier quelque peu plus fonctionnel.

Will s’est fait les dents sur un modèle 83 pour son fiston. Avec son cousin barbu, ils sont intervenus sur le cadre un peu plié.

 

Will s’attaque aussi au Bop 50, un modèle plus rare, lancé par Yam sur base Chappy pour contrer, en vain, le Dax de chez Honda. Ses lignes carrées n’ont pas plu à l’époque, mais c’est désormais un collector au look 70’s incomparable !

Pour finir, Will s’est prêté au jeu du fameux QUESTIONNAIRE C.M.C.COM   :

1. Années de pratique : 31 ans si on compte la première bécane : 1 Yamaha 50 Dtr

2. Motos passées et présentes : actuellement xlv 700 transalp ABS, auparavant xlv 700 transalp, xlv 125, husquvarna 125 enduro, crm 125 enduro, nsr 125 r full, mtx 125 Nrj, dtr 125, kmx 125, et plein d’autres!!!

3. Moto préférée : moto préférée la Bmw1200r scrambler by lazareth

4. Pourquoi la moto : free ride, fun, caractère, personnalité, sensations, praticité, identité, passion, famille… voilà quelques raisons entre autres

5. Ma plus belle histoire de motard : sorties motos avec ma moitié entre la plaine des palmistes et le Tampon… Franchissement du col sous des trombes d’eau et deux ou trois gamelles légères d’amis du club moto de la gendarmerie de La Réunion… J’ai réussi je ne sais encore pas comment à éviter la gaufre malgré un travers arrière puis un travers avant… En arrivant en haut : tempête de ciel bleu puis descente paradisiaque sur le tampon puis St-Pierre. Heureux de n’avoir pas rebroussé chemin et ce jour là d’avoir « fait mes preuves » !!!

6. Ma pire expérience de motard : trajet appart-travail via l’ A6 b en inter-files… un caisseux qui passe de la troisième file à la deuxième puis à la première sans clignotants et sans me voir… Merci L’ABS et merci à la stabilité du Transalp… en deux temps trois mouvements je me suis retrouvé sur la BAU sans chuter mais avec une sacrée frayeur… Je me suis retrouvé plaqué contre le côté de la voiture pendant 3 ou 4 secondes qui ont été parmi les plus longues de ma vie hihihi !

7. Ce que je préfère : l’autonomie apportée par le deux roues.

8. Ce qui m’énerve : subir le manque de respect des automobilistes et de certains maxi-scootéristes qui nous mettent en danger.

9. L’avenir de la moto : le grand retour du néo-rétro, des machines simples et riches de sensations.

10. La moto en un seul mot : of course!

Merci Will pour ta bonne humeur et encore bravo pour ce taf incroyable !

 

Bobber Dax SK8