Kart de pirates

clm noseJe ne sais pas pour vous mais moi, je ne suis pas très voitures. Les caisseux me fatiguent. Le pick up Claymotorcycles est bien pratique pour transporter : le Dax Claymotorcycles, du matos pour un stand Claymotorcycles,  des mômes de type Clay modèles 1, 2 et 3, une belle-mère, les trucs de la déchetterie, de la récupe qui peut servir,… Mais j’évite. On n’est pas libre. Je ne regarde que les motards. Parfois je leur fais un signe de la main avec deux doigts tendus, mais ils ne me voient pas et soudain je me rappelle que je ne suis pas en 2 roues mais coincé dans un bouchon plein de gens qui textent avec leur GROSSE SALOPERIE DE PHONE.

 

 

 

 

20140515_093428

Je sais, c’est ridicule. Même les courses, je les fais à moto avec un gros sac à dos. Du coup, j’y vais souvent. Mais je m’en moque : c’est un prétexte pour rouler à moto.

Avant...

Avant…

 

...après!

…après!

Maintenant, sur circuit, ce n’est pas pareil. Cela fait rire les copains, quand je prends les virages à moto très lentement, pépère. Mais c’est sur route. Par contre, je ne fais pas souvent de kart, mais à chaque fois, je deviens un horrible animal qui ne s’arrête même pas quand le gars agite son drapeau parce qu’un  pilote est immobilisé. Ils appellent cela « consignes de sécurité » ou un truc du genre. Tu parles, c’est juste une tactique de lâche pour briser mon élan. Je me détruits le dos dans les virages, je fais des 360 sans m’arrêter et je finis toujours prem’s. Quand on me répète de m’arrêter, car je ne compte pas les tours mais le nombre de gus que je dépose comme des nains. Et j’en ai séché des coriaces et des habitués, jusqu’à Montréal. Quoi? Je suis un salaud? Pfffuuuittt (insulte de Schtroumpf)! Tu dis juste ça parce que je t’ai laissé loin derrière. Je ne peux pas expliquer pourquoi. Mieux vaut pas. Il n’y aucune gloire à en tirer car je n’ai pris aucun cours de pilotage. Parfois à moto je me fais peur. Là, c’est comme au surf, mais sans la communion avec la nature, et sans la camaraderie. Ce truc me file la rage. C’est peut-être pour cela que je n’en fais plus. Je préfère le kayak car là, quand je fais le mariole, la sanction est immédiate.

Are you talking to me?

Are you talking to me?

Justement, en parlant d’eau vive, à la Tortuga, avec l’équipe du circuit Félix Guichard, le 28 février, Les Flibustiers Isla. Bourbon Brotherhood organisent  un challenge karting entre amateurs et acteurs du monde de la roue. Histoire de voir qui a la plus grosses … Trois heures d’endurance kart suivi d’un apéro et d’un bon gueuleton.

drift

300 € par équipes de 6 à 10 personnes. Cela ne fait que 30 roros par tête si vous vous pointez à 10, avec votre belle-mère (« Surtout Belle-Maman, oubliez pas : dans le virage là-bas, c’est tout droit ! ».

Pour se restaurer après avoir joué les Alain Prost (je ne mets pas le fils Belmondo, vu que, dans sa grande sagesse, ce dernier  s’est reconverti dans la moto de caractère) il y a au resto de la Tortuga un menu avec boissons plat dessert et café à 11€.

karting

Feu, partez !

PS: Je vous rassure, je ne peux venir car déjà pris ailleurs 😉 Par contre, un jour, faudra que j’ailles faire un post à la Tortuga !

guichard

 Chaque équipe doit être composée de 3 à 6 pilotes. Une fiche d’inscription doit être remplie par équipe. Ci dessous l’organisation de cette endurance : Programme : – 16h00 : Arrivée des équipes – 16h20 : Administratif, briefing des équipes – 16h30 : Début des Essais – 17h10 : Début de l’endurance – 20h10 : Fin de l’endurance – 20h20 : Remise des prix – 20h30 : Possibilité de restauration 10 changement obligatoire doivent être effectués au cours des 3 heures de courses. Un briefing sera effectué avant le début de l’endurance.

Taggé , , , .Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *