Pas d’apéros sans concession

Pas d’apéros sans concession !

Bad Boy Carbon!

Bad Boy Carbon!

Une rude journée pour votre free journaliste moto amateur !

Levé 6h. Dehors il pleut. La météo sur le web m’explique qu’il fait beau et sec. Ok. Tenue de pluie intégrale ! Broum ! Broum ! Pneu arrière flambant neuf : attention… Boulot de 7h30 à 10h30. Je file à la poste, récupérer une veste de cuir. J’ai à peine le temps de garer la bécane et de me placer dans la petite file de la Poste, qu’une dame très aimable vient me délester de mon avis de passage. Pendant qu’elle va chercher le colis tant attendu (je ferai un post sur cette veste bientôt), deux autres employées, encore plus aimables, me demandent si on s’occupe de moi. « Merci beaucoup, oui c’est bon. » Là un gars me demande si j’ai besoin d’aide pour mon colis. « Non, ça va, merci, pas intéressé 😉 ». Je me demande encore si je ne me suis pas trompé d’adresse. Ai-je atterri dans le carré V.I.P. loundge d’une bijouterie de luxe ? Les services secrets les ont-ils prévenus que Clay passe chez eux ce matin ? « Il faut payer 25 eu d’octroi de mer, svp ». Ahhh ! Là j’atterris direct ! C’est bon, je suis bien à la Poste à la RéunionJ. Dehors, j’ouvre le colis, j’enfile la veste encore trop raide qui sent la bête fraîchement abattue. Je boutonne : c’est marrant de se voir dans la vitre façon S.O.A !

jakes

Euh, Clay, c’est pas lui!!!

C’est marrant aussi de voir les regards de certains HD men quand, vers midi, je me  fends un passage sur la superbe nippone vintage prêtée par le jeune papa Olivier. Pensez donc.  Une XJR 1200 de 95, avec ses couleurs sport bleues, dans son jus, au milieu de Choppers, bobbers, Fat boys, et autres Extra Glides. On en deviendrait presque original ! Quand j’exhibe mon t-shirt Claymotorcycles.com, ils ont souri, et je comprends qu’ils ne la bruleront pas. Pas tout de suite du moins!

Une erreur est venue se glisser dans cette photo artistique: sauras-tu la déceler?

Une erreur est venue se glisser dans cette photo artistique: sauras-tu la déceler?

Mais je suis toujours un brin moqueur et taquin, vous le savez bien. L’ambiance est conviviale et bon enfant. Tout le monde me reçoit bien, à la « Concess » Harley-Davidson de St Gilles, à commencer par le patron, son chargé de com, et bien sûr les Flibustiers qui servent joyeusement l’apéro. Tu veux une bière Clay ? « Je ne peux pas je conduis la bécane d’un ami ». Que voulez-vous, faut savoir faire des concessions.

CLUB

CLUB

Il y a beaucoup de monde. Je n’ai pas  le temps de parler trop longtemps avec les copains que je suis content de revoir. Il y a des membres de MC, des membres de Brotherhood, des No Club, de jolies motardes, Chakal, Yves, Gilles que je dois retrouver bientôt  pour voir son mystérieux chopper, et tant d’autres.

NO CLUB

NO CLUB

Tout le monde veut me convertir à la HD. Je suis comme le blog, ouvert et éclectique. J’adore les Yamaha. Elles me le rendent bien. Mais je ne suis pas contre le fait de piloter à peu près tout ce qui roule. Le problème ? Le temps, la place, et l’argent. Les gars insistent : « Rien ne vaut une HD. Tu la gardes à vie et les pièces sont faciles à trouver ». Je repense à Olivier hier « Rien ne vaut une japonaise. J’ai tout essayé. Rien ne vaut la XJR. Tu la gardes à vie, et les pièces sont faciles à trouver.

Poubelle, dis-moi qui est la plus belle?

Poubelle, dis-moi qui est la plus belle?

Je ne sais pas pour vous, mais cela me donne envie de relancer une petite Opération Kékette au Café Racer ! Surtout que Jean-Marc doit toujours une bouteille à Jimmy 😉

Aperooooo!

Aperooooo!

Jimmy n'est pas peu fier du beau drapeau réalisé pour cette jolie bikeuse sudiste!

Jimmy n’est pas peu fier du beau drapeau réalisé pour cette jolie bikeuse sudiste!

gilbert's helmet

Allo quoi!

Allo quoi!

alignement69résé orangeorange

orange box

easy rider

easy rider

 

tank

Chakal did this

Chakal did this

 

Adios amigos, j’ai encore de la route à faire.

Les discussions s’éternisent sur le parking plombé par le soleil. La météo avait raison au final.

J’ai fait mes 30 km, je peux enfin faire confiance à la gomme arrière. La XJR file comme une locomotive, fluide et effrayante à la fois. Quand je passe d’un coup de 90km/h à beaucoup, beaucoup plus à l’heure en un coup d’index et de pouce, je comprends ce qui se passe sous mes jambes et dans mes bras. Ce truc aura toujours une longueur d’avance sur moi. La limite, c’est la mienne, pas la sienne.

Je passe récupérer Manuella au passage, car on doit se rendre à un vernissage. On repart de St Denis, direction la Possession. Une galerie vient d’ouvrir, dans la rue, au milieu des tits boutiks et kamions bars. LE VOISINAGE. Super nom ! Il y a un concert de Nathalie Natiembé. Ça dépote !!! On arrive. Le son de la XJR couvre celui du concert ! Tout le monde se retourne, derrière la vitre de l’expo et à côté dans la rue. On retrouve Jean-Alain, l’homme qui partage sa vie entre une Cross Bones et une Sportive qui fait l’objet d’un de nos premiers posts. Ensemble, nous avons créé une ou deux œuvres pour participer à une exposition. Le fruit de la vente va à une œuvre caritative. Les œuvres d’art à 20 eu, moi je kiffe. Je retrouve des tas de gens de l’art qui sont parfois motards, parfois pas du tout.

Clay did this

Tôle et peinture: Chakal? Wolferine? Clay did this!

Jean-Alain did this

Bro Jean-Alain did this!

Re-apéro. Re « Tu veux une bière Clay ? » Re- « Je ne peux pas je conduis la bécane d’un ami ». Que voulez-vous, faut savoir faire des concessions. On discute, on achète une ou deux œuvres de gens géniaux inconnus. J’achète un Jean-Alain. Jean-Alain achète un Clay. C’est malin. La discussion s’éternise dans la rue. Jean-Alain m’explique que « rien ne vaut une MV Agusta. Tu la gardes à vie… »

-« Les pièces sont faciles à trouver, je sais »

-« Pas du tout, elles sont assemblées à la main ! »

On file. On arrive à la sortie de la Possession. On cale. Cette vieille meule a des problèmes électriques. 20 ans d’âge : on commence à faire des caprices, non ?

Pas de panique à moto. JAMAIS ! On se gare sur le côté. On retient notre souffle. Et hop ! Elle redémarre. Belles trajectoires nocturnes à la fraîche. Manuella trouve les Ohlins trop tape-cul. Sûr que le gros mono amorto du Bulldog est plus confort. Moi, je m’en tape, car je suis couché sur le résé!

On arrive à Sin D’ni. Pas envie de rentrer. Resto ! On veut aller à notre endroit habituel, mais à un angle de rue, on voit le Yellow Submarine Caf Rac de Francesco ! On se gare à côté. Enfin, en la poussant un peu, la XJR, car elle veut plus redémarrer. Et du coup, nous voilà à dîner au Ti Coz ! Discute avec ce bon vieux Francesco. « Rien ne vaut une anglaise. J’ai tout essayé. Rien ne vaut la Truxton. Tu la garde à vie, et les pièces sont faciles à trouver. » Hum, merci du conseil, dalon. D’abord, je vais gagner la 883 de la tombola des Flibustiers, et puis après je vais voir.

Trouvez le post sur cette meule dans "Bécanes d'ici"!

Trouvez le post sur cette meule dans « Bécanes d’ici »!

Les gars, j’ai une idée. Prêtez-moi vos meules. A vie. Je vous les rends en pièces. Ce sera facile à trouver 🙂

Le patron du resto s’inquiète de notre voyage à moto : trop cool. Le barman, trop cool et hyper compétent nous installe. « Elle démarre plus la moto ? » « Non, elle a 20 ans, j’ t’ expliquerai… ».

Et je ne vous parle pas de Maya la serveuse : un astronef et en plus adorable, et en plus efficace ! « Une bière Clay ? » Euhhhhhhhhhh….. « Une Grim ! 50 Cl ! » Que voulez-vous, faut savoir faire des concessions !

Je prétexte un besoin urgent pour aller chatouiller la XJR : elle démarre au quart de tour, ce qui va empêcher mon repas d’être gâché (faites pas semblant, les gars, vous savez exactement que pour vous ce serait pareil, hein ?????). Le passager d’une Léon tunée me congratule : « la XJR y fait péter lo gaz, té, hein gars ? » Monsieur est connaisseur. Je lui réponds « ça même même ! » (Manuellla, moukate pa à moin té !) et je me sens soudain dépositaire d’un putain de patrimoine à l’allumage capricieux.

Super dîner, super retour à la fraîche. Et là, vous croyez toutes et tous que Manuella va me dire « Une bière Clay ? ». Pas du tout !!! Elle me dit qu’elle a oublié son cuir vintage marron au resto. Sûrement un prétexte pour me laisser filer dans la nuit avec une vieille japonaise. Je suis fatigué. Je fonce dans la nuit. Les caisseux me font des appels de phare. Le mien est HS ! Vous savez quoi?

Pour marque-pages : Permaliens.

5 réponses à Pas d’apéros sans concession

  1. Barel dit :

    Je vois un café racer qui pourrait bien reprendre le flambeau à la prochaine fête des motards…………toujours dans les bons coups le Chakal…………

    Si tu as d’autres infos sur ce sports je suis preneur

    A+
    Sylvain

    ( on va bien finir par y arriver…….)

    • Clay dit :

      bien vu.-) j’ai pensé à toi en le shootant mais avec la tourmente, pas trouvé le moment pour me rencarder. ça viendra, promis! sûr qu’on va y arriver: c’est la devise de la maison!!!!

  2. Le cafe racer est une préparation made in la concession si je me trompe point 🙂

  3. Franck dit :

    arghhn j’aurai bien voulu être là 🙁

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *