Le Café Racer de Francesco

Voici une petite histoire qui vous fera comprendre pourquoi j’adore animer ce blog. Je me rendais au cinéma. Banal, hein? Mais à moto, rien ne se passe de manière anodine. Garer sa voiture au cinéma, c’est le stress de trouver une place. C’est faire un effort de mémorisation pour retrouver une caisse à savon perdue au milieu de centaines de caisses à savon. C’est faire des manœuvres compliquées pour insérer la caisse entre deux autres caisses. Les autres proprios de caisses vous regardent: ils ont peur que vous ne veniez à rayer leur caisse pour laquelle ils se sont endettés sur plusieurs années. Aller au ciné à moto, c’est un peu différent. On se gare juste devant l’entrée, à côté de jolis véhicules respectueux les uns des autres. Les gens vous regardent, mais c’est parce que vous êtes libre, que votre bécane et belle et que le son du moteur diffuse une mélodie à la fois puissante et envoûtante.

Tout ça pour vous dire que j’ai aligné le Bulldog à côté d’une petite merveille de simplicité. Un café racer jaune qui m’a attiré comme un aimant: pas de frous frous, rien qui dépasse, (même pas de rétroviseur!) juste une belle machine sobre et de bon goût. Thruxton 900 de 2005. Pas la nouvelle avec les caches fake et le côté jouet en plastique. Je laissai donc un flyer Claymotorcycles.com coincé sous la sangle de la petite selle marron. Dès le lendemain, je dialoguais en ligne avec son propriétaire.

Cette bécane, c'est pas du cinoche!

Cette bécane, c’est pas du cinoche!

Nous devions nous rencontrer « en présentiel » lors de la première édition de l’apéro. Mais il y eut la grève des carburants. Comme vous le savez désormais, L’ESSENCE N’EST PLUS UN PROBLEME! C’est donc à l’occasion de la révision de sa machine que nous fixâmes un nouveau rendez-vous.

Quand je suis arrivé à St Paul, j’ai facilement trouvé le garage en question. D’habitude, j’ai du mal à intégrer le plan pervers des voies de bus avec sens interdits…dans les deux sens. Mais avec comme indication « à côté du temple malbar », je n’ai pas eu besoin de Tom Tom. Alors je me suis avancé dans le parking rempli de bécanes hétéroclites, et la belle était là, trônant au milieu dans sa p’tite robe jaune.

GE DIGITAL CAMERA

GE DIGITAL CAMERA

Je me présente et je mitraille l’engin sous toutes les coutures (même celle de la selle un peu abîmée, signe que c’est une vraie moto qui roule, et non un jouet pour riches cloîtré dans un garage.

Un coup de téléphone et quelques minutes plus tard et l’heureux propriétaire se présente. Sur le coup, je ne suis pas certain que ce soit lui. Pas de cuir, pas de casque, ni de gants: le gars est en civil. Normal! Il est venu à pieds 🙂

"Vas-y Francky, c'est bon!"

« Vas-y Francky, c’est bon! »

Francesco aime expliquer les modifications réalisées avec la complicité de son préparateur, DBM, de Bury Motoservice. GE DIGITAL CAMERA

Ils y vont tit pas tit pas, quand le temps est libre, les pièces disponibles, et que le cash se présente pour les payer. Belle philosophie. Cela change des gens impatients.

GE DIGITAL CAMERA

GE DIGITAL CAMERA GE DIGITAL CAMERA GE DIGITAL CAMERA

Mais là, on prend son temps, et cela évite de faire des bêtises. Le rétro est cassé? On roule sans rétro, en attendant de trouver le bon. Un tachymètre? Si le modèle est solide, mignon et qu’il indique vaguement la vitesse, alors cela fera l’affaire. Tant pis s’il n’est pas griffé et qu’il ne coûte pas un mois de salaire d’un travailleur mauricien. Mais n’allez pas croire que Francesco fasse dans le cheapos. Il sait ce qu’il veut. La boite à air et quelques carters ont été déposés. Pour le passage de roue arrière, il est allé chez les italiens et a pris une tôle discrète mais efficace de chez MAS engeneering. Il a opté pour des pots Mégatons basiques, et quelques pièces de chez GMP classic. En ce moment il teste ses nouveaux carbus racing FCR39. Il reste à passer la boucle arrière à la disqueuse, pour ensuite installer une selle plus courte, une place 1/2 (les dames devront se serrer un peu…). Il lui faudra aussi un petit garde-boue en tôle (n’achète pas : on sait faire ça, ici à la Réunion 😉 ), car les trainées de boue qui zèbrent le bloc moteur et le milieu du visage, c’est plus réel que ce qu’on voit sur les bécanes qui ne roulent que dans les magazines.

Sinon, au garage, il y avait aussi des copines que les initiés reconnaîtront…

GE DIGITAL CAMERA GE DIGITAL CAMERA GE DIGITAL CAMERA

Et pour finir, le Grand Oral, le Questionnaire Claymotorcycles.com:

-Années de pratique :  depuis 5 ans

-Motos passées et présentes : la thruxton est ma premiere becane, par contre j’avais acheté une enfield thunderbird durant un voyage d’un an en Asie

-moto préférée : la mienne! Dans un autre genre j’aime bien la ducati diavel, j’aime bien les motos germaniques en général (bm, ktm), je suis pas fan de la « culture » HD…

-Pourquoi la moto? Parce que c’est la moto.

-Ma plus belle histoire de motard : c’est un trip à deux sur la Royal Enfield avec un pote de métropole au Gujarat en Inde, et aussi le trip Delhi-Leh au Ladakh avec des cols à plus de 5000m, des traversées de rivière gelées, sans assistance, mais avec 2 supers gars australiens rencontrés à Delhi

-ma pire expérience : 3 mois absolument seuls pendant la mousson dans le sud de l’Inde (pas l’ombre d’un pote, des galères mécaniques, et la fièvre)

-l’avenir de la moto: sais pas

– un mot pour la moto : le vent

Taggé , , .Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *