La vie en Dax

joe dax

Il beau, il fait chaud, c’est le moment de sortir le Dax!

Le Dax T70 et autres répliques chinoises, par Jean-Marc et Olivier, du Café Racer.

« Le coin du Café Racer ». Préambule(à l’attention des lecteurs qui méconnaîtraient les institutions) : Bien nommé, le Café Racer est un endroit charmant où le motard dionysien aux jambes engourdies peut, depuis de longues années, se restaurer et se rincer les durites, le midi et le soir, tout en discutant avec de véritables encyclopédies vivantes de la motocyclette. Derrière cette enseigne engageante se cache le mythique atelier Nickel Moto : sur quelques dizaines de mètres carrés, un authentique concentré de bonne humeur et de savoir-faire au service des amateurs plus ou moins éclairés. Dans cet univers dont le cœur bat au rythme des pistons de 900 Bol d’Or et de V-Max, les bécanes de la fin du siècle dernier (celles de l’époque de Miami Vice !) sont auscultées avec la compétence des experts (toujours Miami !) qu’elles méritent.

Un grand merci donc à Jean-Marc et à Olivier .

Clay sort du Café Racer, des idées plein la tête!

Clay sort du Café Racer, des idées plein la tête!

 


Bref historique d’un jouet pour adultes qui vibre et fait se pâmer les mamans bobos.

Dans l’histoire de la production de l’industrie moto japonaise, les Pocket bikes ont marqué l’imaginaire planétaire.

Ces petits engins se voulaient pratiques, essentiellement urbains, et en même temps terriblement tendance.

Il y eut, entre autres, le Chappy chez Yam, et bien sûr le Dax chez Honda.

Lancé en 1969 (ça ne s’invente pas !), ce petit objet du désir n’est plus produit par Honda depuis 1999. Les plans de la motocyclette ST70 sont désormais libres pour les constructeurs chinois. Une Renaissance est en marche. A l’origine, servi par une boîte 3 vitesses, le monocylindre horizontal incliné à 10° était un 4 temps de 49 ou de 72 cm3

                                          dax

Au départ, elle fut conçue comme un mini trail au guidon repliable qui se hisse facilement sur la plate-forme arrière d’un camping-car. Cette petite bécane, une des motos les plus longtemps produites, est indémodable, et l’esthétique manga (qui, contrairement aux idées reçues, ne date pas d’hier) a même un mot pour elles : kawaï.

Craquantes et pourtant mécaniquement sérieuses, ces machines étaient maintenues en état par des collectionneurs passionnés, et des retraités qui avaient gardé leur jouet de camping.

Désormais, avec la mode du vintage et du néo retro, les chinois produisent de très nombreuses répliques. En France, c’est Skyteam qui se taille la part du lion, avec notamment le délirant et passionné team Watta de chez Watabikes. On peut la commander sur internet pour moins de 1000 euros et ils la livrent dans une caisse. Le montage du phare est à votre charge.

                                                    Casquette de phare, garde boue en stock viré au profit du phare arrière chromé d'origine, colliers cuir et rivets, sacoche type Harley

                  Casquette de phare, garde boue en stock viré au profit du phare arrière chromé d’origine, colliers cuir et rivets, sacoche type Harley

A la Réunion, c’est un peu plus compliqué. Chez Fo Yam on peut trouver parfois des répliques de Monkey. Donc pas de Dax à l’horizon pour le moment.  Mais c’est plutôt à St Pierre qu’on trouvera son bonheur. Mais l’importateur n’a pas trouvé le temps de répondre aux textos de Clay, alors bof, on préfère ne pas s’étendre. Au fait, concernant le Monkey, c’est vraiment la « mini mimi moto ». Personne ne vous verra arriver. C’est hyper mignon comme monture, mais suicidaire. En gros, et contrairement à ce que disent les gens, c’est le dernier engin à offrir à une jeune femme qui voudrait découvrir le 2 roues. Pour un ado, c’est encore pire, et vous verrez vite pourquoi dans le test Dax.

Pour le Dax, justement, c’est pratiquement pareil. Ce jouet est une machine hyper nerveuse, peu stable, et pas toujours fiable. Un brin destroy et très sauvage, le Dax 125 est une bécane boostée, un dragster monté –au mieux- sur des roues de scooter. La structure n’a pas changé mais à l’origine elle était prévue pour 70  cm3 maxi. L’essence est sous vos fesses, comme en scooter (toute comparaison avec le scoot s’arrête là : malheur aux MP3 !) Il n’y a pas de réservoir sous vos genoux. Or, faut-il le rappeler, une moto se conduit avec les cuisses, et non à la force des biceps. Quant au guidon, ce sont des poignées…repliables (serrées par de gros boulons…plastifiés !)

DAX SKYTEAM: LE TEST

L’avis du mécano :

Motorisation : le même que sur les pit bikes, 4-temps monté à l’horizontale, ce qui est une originalité en soi. La boîte est une 4 vitesses. Les chinois proposent une version semi-automatique, avec juste un sélecteur au pied, et une version classique avec embrayage manuel, pour plus de sensations. L’avantage de la semi, c’est qu’on peut démarrer directement en 1°, ce qui peut être intéressant en ville avec un point mort pas toujours facile à trouver.

Sélecteur de vitesse old school au talon

Sélecteur de vitesse old school au talon

Comme je vous le stipulais plus haut, les Dax originels sont en 50 cm3 ou en 70. Les répliques sont en 50cc et en 125. Il semble qu’à l’étranger il en existe même en 250 !

Equipement : compteur aléatoire. Clay prétend avoir tapé le 110, avec Manuella derrière ! Mais cela fait longtemps que tout se balade à l’intérieur de son compteur, alors gare aux radars. Si, si, on vous assure !

Tiens, c'est rigolo, y a l'aiguille qui flotte...

Tiens, c’est rigolo, y a l’aiguille qui flotte…

De toute façon, à 70 km/h, vous avez déjà l’impression de foncer à 160 ! Le résé fait désormais 5,5 l. Le choisir en plastique (eh oui, pour une fois) car à la Réunion il ne rouillera pas et ne gâtera pas cette adorable tôle sertie qui vous sert de châssis monobloc. La conso est ridicule. C’est très économique. Si vous bossez dans un rayon de 2 km près de chez vous, c’est tout de même autre chose que le vélo à piles et franchement moins fatiguant que de sortir le « cross bones », non ?

Les freins : souvent proposé avec un (trop ?) excellent petit disque à l’avant et un bon vieux tambour à l’arrière. C’est suffisant. De toute façon, à 110 km/h au ras du sol, je n’ose pas trop imaginer ce qui se passerait s’il fallait réaliser un freinage d’urgence.

                                               baloo pinstripping

                                                       Baloo fait du pinstriping à main levée

                                      http://balooseries.e-monsite.com/pages/pinstriping-1.html

Pour le reste, la game de tuning est infinie et vraiment pas cher sur internet : on peut même installer une fourche inversée ! Laissez libre cours à votre créativité : café racer ou bober, tout est possible. Ce qui est chouette avec le Dax, c’est qu’il est simplissime et old school. Idéal pour réviser ou apprendre les bases de la mécanique moto : des boulons et des écrous à resserrer en permanence, une bougie, un kick, un réglage de tension de chaîne…l’autre jour je sentais un cliquetis étrange. La butée en caoutchouc qui retenait la béquille centrale (eh, oui, il y a deux béquilles, dont une latérale avec coupe-circuit, s’il vous plaît ) s’était volatilisée et celle-ci venait cogner directement sur la chaîne. Vous voyez ? C’est tout sauf un scoot « clé en main » (pas la clé de 10, hein !) du genre j’appuie-sur-le-contact-et-je-roule-en-savates-tout-en-en-voyant-des-textos. Tout un merveilleux programme de suivi bienveillant et d’entretien vigilant pour maintenir la bête en état de course, réglée comme une petite horloge…chinoise (regardez sur le web, les chinois ont gravement progressé en horlogerie traditionnelle). Dernier détail : bien respecter les modalités du rodage classique si vous l’achetez neuf. Si c’est une occase, croisez les doigts pour que le proprio n’ai pas tiré sur la bête comme un sourd dès les premiers kilomètres. Et pour un neuf, changer d’urgence les affreux pneumatiques chinois. Sauf si vous êtes des suicidaires en cas de pluie. De bonnes gommes de scoot (on a honte de le dire) feront des miracles en courbe. Attention aux vis saillantes dans certains garde boue qui vous bouffent le flanc en quelques tours. Si ça sent le caoutchouc brûlé: c’est vous! Un peu moins de pression, un coup de meuleuse ou alors une bonne colle forte pour immobiliser la récalcitrante.

 

L’avis du pilote :

clay smile

La posture :

Soyons clair tout de suite : le Dax s’assume ou se revend (regardez l’offre pléthorique et bon marché sur « le bon coin »). Vous ne faites pas une affaire car à la revente les gens rechignent à investir dans le chinois. Et soyons encore très très clairs : nous, chez Nickel, on aime les motos racées de l’âge d’or nippon. Bien sûr, on fait parfois de beaux détours par le Lac de Côme, Coventry ou Milwaukee.  Mais la Chine et la Corée ne sont pas exactement notre latitude de travail. On veut bien bichonner celui de chez Claymotorcycles, mais c’est bien parce que c’est Clay. Faut bien qu’ils apprennent, ces petits. D’un autre côté, vous avez une 125 neuve pour 2000 eu à la Réunion. Mais si vous voulez une mule stable et visible, optez plutôt pour le Suzuki Van Van ! Et surtout pas pour son ersatz Skyteam anémique.

Ok. On y est. Quel look  d’enfer ! Vous êtes assis (ou accroupi, selon le gabarit) sur le Dax, et la selle est un fauteuil. Là, pas la peine de chercher à se justifier. Pas de sticker sur le garde boue du genre « My other bike is a Ducati : PERSONNE NE LE VERRA ! Vous prenez le Dax ? Vous devenez un « dax man », une « wonder Dax girl ». Sourire, on se tient bien droit : look hyper british de rigueur, ou biker destroy : AUCUN COMPROMIS n’est possible. Vous pouvez tenter le look plaisancier séducteur comme Yves Marchand dans l’Hotel de la plage. Des espadrilles, un complet en lin blanc : direction les stations balnéaires. Mais à partir d’ici, nos compétences s’arrêtent. Quel que soit votre look, souriez et regardez autour de vous : les gens vous sourient aussi. Les enfants vous montrent du doigt. Les gens rigolent dans le bus. Vous leur apportez de la joie. C’est mignon. On lâche prise. Finis les « vroom vroom » appuyés de regards dédaigneux au feu rouge. Vous n’avez plus rien à prouver.

 Jouissez de cette mécanique old school. Vous avez un Airbus ou un avion de chasse à la maison, mais aujourd’hui, vous avez préféré piloter un coucou de la Première Guerre Mondiale : faites-vous plaisir !

Le pilotage :

Démarrer au kick. Il y a bien un bouton rouge branlant sur les vilains commodos  mal vissés (conseil de base : régulièrement revisser tout ce qui bouge car les vibrations infligées à votre Dax prévu pour 70cc sont infernales. Même le joint de pot se dévisse ! Mais à quoi bon? C’est tellement bon de pouvoir démarrer au kick sans se faire démolir le tibia. Et les petits jeunes vous regardent comme si vous étiez un extra-terrestre: « y fait quoi avec sa jambe? ». Et les mamans bobos en font tomber leur pot de yogourt glacé nordique!

Freinage relativement efficace : le disque à l’avant fait le job et la chouette pédale du tambour arrière s’écrase facilement pour stabiliser le petit monstre. Mais à quoi bon, car c’est la structure globale qui pose problème : la petite taille, la légèreté, l’arrière qui chasse dans les virages serrés dès qu’il pleut, le centre de gravité hyper bas et l’absence de poids sur l’avant. En ville, il faut de grosses boots pour freiner avec les pieds et caler tout ça comme un dirt track : ça c’est rigolo ! Et ça vous distingue de tous les vilains qui font du scoot en savates de piscine, non ? Mais comme je le signalais déjà plus haut au chouette internaute, sur route ce sera très chaud d’arrêter l’engin, lancé à fond dans une courbe descendante, sans reprise ni frein moteur. Une faute de pilotage ou un nid de poules et ce sera le décor.

C’est clairement un engin hyper urbain.  Vous êtes le roi de la ville, mais vous ne le savez pas encore. Les kaniars arrivent en gesticulant sur la roue arrière de leur scoot volé et se marrent en vous jaugeant au feu rouge ? Trop tard, ils sont déjà loin dans le rétro. Le gars vous snobe sur sa BMW carénée et ne vous dit pas bonjour ? Il va vous rattraper, mais va falloir jouer du sélecteur et des gaz, et cet effort-là, il ne s’y attendait pas.  Vous le constatez vite avec une certaine jubilation, parce qu’en arrivant enfin à votre hauteur (façon de parler, il est en haut et vous en bas)  le gars vous toise ou fait un Wheeling. Ri-di-cule !

Il y a bien un pur plaisir de sale gosse à piloter ce truc. Répartissez bien le poids vers l’avant. Un exemple : enfant scolarisé avec sac à dos Eastpack en passager + dépose d’école en pente = grosse roue arrière très chaude à rétablir. Parlons-en de l’école : les mamans bobos soupirent : « j’adore ». Certains mômes critiquent le vôtre car ils sont jaloux. Passez pour un super héros aux yeux de ce pauvre petit : déposez-le le matin en Dax, et récupérez-le le soir en 1100cc ! « Pan dans ta face, le morveux! ». Et la maman bobo soupire de plus belle !

Attention aux Bus, camions et autres Hummers : devant ? Derrière ? Ils ne savent juste pas que vous êtes là. Et ce n’est pas le bruit de votre pétrolette qui les fera réagir. Dans la file, vous allez vous faufiler et vous insérer à angle droit dans des interstices où avec votre Bonneville vous seriez restés coincé. Cela tombe bien, car votre casque est au niveau des rétroviseurs des autos. Elles ne vous voient pas, ne vous entendent pas, ou ne perçoivent pas trop l’intérêt de bouger leur volant pour laisser passer un moustique. C’est comme en bobber, mais le bruit des pipes en moins.

Dernier détail, à l’intention du passager : le pot brûle les jambes au 3° degré. Il faut un pantalon, plus encore que sur n’importe quelle bécane. Sinon, la selle longue et plate est très confortable, ce qui rattrape à peine les amortisseurs tape-culs !

                                                       GE DIGITAL CAMERA

Conclusion:

Le Dax est un art de vivre. De temps en temps, pour le prix d’une modeste assurance et un plein « ruineux » de… 5 euros, redevenir l’ados qui pétaradait fièrement en centre-ville, ou juste rouler en bord de mer, le sourire aux lèvres. Assumer le plaisir de rider sans se réfugier derrière la certitude de la puissance. Ne plus se prendre au sérieux. Que ces motards sont sérieux ! C’est pas possible. Et pour eux aussi c’est bon. Ils se chopent le torticolis quand ils vous croisent. Les connaisseurs disent bonjour quand ils doublent. Ou au feu, c’est la psychanalyse : ils vous racontent qu’on leur a volé leur Dax quand ils avaient 17 ans.

Pour marque-pages : Permaliens.

2 réponses à La vie en Dax

  1. foures dit :

    au début c’est pas cher, à la fin c’est ruineux!
    Mais bon ça roule et au feux vous êtes le roi!
    Mais gaffes à bien jouer au démarrage de la poignée d’embrayage, sinon vous faîtes très très jeuns!
    Sauf que ce n’était pas prévu… Rien n’est prévu d »ailleurs sur cette machine pour vous prévenir que vous êtes dorénavant seul au monde! C’est l’aventure à chaque trous et bosses du bitume. Olé! Tiens je crois là que je viens de m’envoler…
    Il va mon engin dans la montagne aussi. En Ariège, dans les chemins trés trés pentus… Pour le plaisir le week-end dernier j’ai même transporté une batterie solaire de 200A, 67 kilos sur la selle, en bois, à travers les genets… Je me suis roulé la figure dans les cèpes et les fougères! Je peux produire les photos!
    Donc j’ose tout avec cet engin… la prochaine? Ben tiens il faudra bien que je la ramène au bout du panneau solaire à 1200 mètres d’altitude cette batterie Victron de malheur…

    • Clay dit :

      Mouah ! ah ! Merci cher Foures pour cette tranche de rire ! Tu a admirablement résumé l’esprit de la chose, que dis-je. Son essence-même! Ton style cadre carrément avec celui du Blog. Si tu as des photos de to aventure dans les fougères, on est preneurs ! Pour la batterie solaire, je n’ai pas tout compris, mais j’ai hâte de connaître la suite 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *