The art of Vince

vince motor 3Par Clay

 

C’est l’histoire d’une belle et bonne surprise. Le copain qui m’a montré le travail de Vince n’est pas vraiment un fan de motos. Pourtant il m’a parlé du travail de Vince: « Regarde, il y a de jolies photos de moteurs. »

Sur le blog du dit Vince, j’ai vite reconnu les V-Twins, ainsi que la concession Harley à St Gilles. Tiens ? Des photos de blocs moteurs au milieu de clichés de paysages péi sublimes ? Je décidai donc de contacter le photographe amateur, afin d’en savoir plus. L’homme était occupé, et m’assurait qu’il aurait plus de disponibilité dans 10 jours. C’était un peu décourageant, mais bon, il y a tant de gens à voir sur l’île pour causer belles bécanes. On pouvait bien se permettre d’être patient. Je notais donc dans mon agenda, à J+10 : « Contacter Vince ».

10 jours plus tard, je recevais un mail très détaillé et très prévenant, avec les réponses à toutes les questions que je lui avais soumises.

vince motor 2

Bouddha, y es-tu?

Une technique particulière ? Bof, il essayait, il tâtonnait, il apprenait. Avec ses potes de blog photo, ils avaient trouvé que le noir et blanc rendait bien. Qu’un moteur Harley, c’était plutôt chouette à shooter. Mouhais. J’étais un peu déçu.

Cerise sur le gâteau : il n’aimait pas spécialement les motos et les motards. Trop de bruit, trop de stress au feu rouge. Mais je fais quoi, moi, avec ça ? Les chouettes visiteurs du blog allaient lui demander de venir shooter leur bécane et il  leur répondrait ça ?

Et là j’ai réalisé que c’était ça Claymotorcycles.com. Une fascination plus ou moins avouable. Des entrées multiples vers la moto de caractère. Des souvenirs d’enfance et des réminiscences de sale culture pop. De l’hybridation et de la créolisation. Des gens authentiques qui disent ce qu’ils pensent avec respect, sans chercher systématiquement froisser les autres, mais capables d’assumer une part d’excentricité. Et toujours la possibilité de l’art. Quand je vois des Réunionnais afficher fièrement des Union Jack sur leur cuir pour piloter leur Speed Triple avec des dalons qui se pavanent en Duke ou en Transalp, je me dis que ce n’est pas du tout mon genre de moto, mais je trouve cela chouette. Quand je vois des gens se la péter sur une Harley flambant neuve 1 mois après le permis, et qu’ils ne me disent pas bonjour parce que je suis en Dax, je leur fais quand même un sourire tranche papay. Même pas grave. Tous ces gens ont bossé dur à leur manière pour atteindre le guidon qui les fait rêver. Je me dois de respecter cela. La bécane vintage d’aujourd’hui était l’hyper-sportive neuve d’hier. Certains pilotes ont un budget moto à 5, 4, ou 3 chiffres. Chacun fait comme il croit bon, comme il peut. C’est compliqué de juger les autres motards. Et à quoi bon ? C’est déjà assez dur de partager la route alors on ne va pas se prendre le chouchou pour partager les idées et les rêves. Et les amateurs de moto GP, même s’ils ont déjà leurs forums, peuvent bien venir rêver avec nous sur le Kawa 750 turbo, non ?

vince motors

Alors nous, on a donné la « wild card » à Vince. Il est bien à sa place ici. Et c’est l’occasion pour nous de vous montrer son travail. Les motards aiment les belles photos de belles bécanes, certes, mais aussi les belles photos en général. Normal : nous, on n’a pas les yeux rivés sur le téléphone et le bouton de la clim : on vit au rythme du vent, des odeurs et du paysage. Et quand faut prendre un volant pour des raisons pratiques, il y a toujours ce sentiment de flottement étrange. Mélange de frustration et de résignation. Vous savez cela, non ?

L’interview de Vince :

« -Pourquoi des photos de bécanes ? Et pourquoi spécifiquement des moteurs ?

– En fait, je ne suis pas motard, un peu comme un automobiliste idiot en somme. Mais pas vraiment … Enfin j’ai un rapport compliqué aux motos. Mais je suis sous le charme des Harley depuis de nombreuses années, même si je maudis souvent le modèle qui va passer à côté de moi en centre-ville et qui me fait perdre mes capacités auditives pour la journée !!! Je sais, c’est un peu contradictoire. Donc … j’aime les Harley, surtout les versions sobres, racées aux peintures mates et aux chromes discrets.

-Hum…Des problèmes techniques particuliers avec ce type de sujet ?

-Comme avec mes amis photographes nous cherchions de nouveaux « défis », j’ai proposé au propriétaire du magasin de Saint Gilles de faire une série de portraits des différentes motos présentes. Mais là les choses se compliquent avec l’éclairage … Dans la boutique pas facile de s’y retrouver même avec toute la gentillesse de l’équipe. Difficile de prendre un modèle en entier : problème d’arrière-plan, de fond, de lumières diverses et variées … Et puis ces bestiaux, tout neufs, ça brille !!!! Et comme en plus j’adore faire des photos de détails, c’est tout naturellement que je me suis tourné vers les pièces de moteur. Ça permet de travailler les reflets, les formes. C’est assez expressif.

-Et pourquoi le noir et blanc alors ?orgues vince

-Pour le noir et blanc, c’est un peu pareil. Dans les conditions que nous avions et avec mon petit niveau, les photos couleur ressortaient assez fades en fait. Mais dès que je les passais en noir et blanc elles racontaient quelque chose, quelque chose qui m’intéressait. J’ai donc choisi cette option ; avec pour certains clichés l’option « ultime » des couleurs sépia qui donne tout de suite un côté ancien aux motos, ce qui va assez bien aux Harley, je trouve. Mis à part de faire gaffe aux reflets, je n’ai pas de techniques particulières propres aux motos. Bon en même temps, en tant que simple photographe de base, je n’ai pas de technique particulière du tout. »

Tout s’éclaire: on se rapproche de l’harmonie…

vince violon

Maintenant vous le voyez comme moi, ça crève les vitres des Climax : Vince est modeste, réservé, et il se pose de gros problèmes techniques. Au fond de lui sommeille un pur aigle de la route qui ne demande qu’à passer la porte d’une moto école.

Vince, merci pour ce beau grain et ces reflets mats. Va voir Richard de notre part (cf. article d’Octobre sur la fête des motards) et passe la certification 125. N’achète surtout pas un scoot, mais une Virago ou un chouette petit trail. Amuse-toi comme un gosse. Et si tu as un enfant, regarde sa fierté quand tu lui tends son casque à la sortie de l’école, et quand il s’agrippe à ton cuir. Après, tu verras si tu as envie de passer l’étape supérieure. Et surtout, continue à prendre des photos de ces drôles de gamelles gavés de pistons. Un jour, tu shootera peut-être…la tienne !

Galerie des motos shootées par Vince:

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *